Chapeauvert-1-6.jpg
Chapeauvert-6-28.jpg

Paysans fromagers dans le Haut Jura, Patrick et Löetitia ont fait émerger une ferme au chapeau vert. Un lieu de partage cher au couple qui tente chaque jour de trouver un équilibre entre la vie de son troupeau de soixante-dix brebis et les aléas climatiques, de plus en plus nombreux ces dernières années. 

Leur aventure laitière commence en 2007, quand Patrick et Löetitia achètent un terrain nu sur la commune des Bouchoux. Ou peut être un peu avant quand, tous deux travaillant dans le tourisme de montagne, commencent à fabriquer du fromage de chèvres sur le bord de leur évier. 

De leur ferme, ils ont tout bâti à huit mains avec leurs enfants. Un gros chantier d’éco-construction pour réaliser le bâtiment agricole puis leur maison et enfin les gîtes qu’ils louent. Pourquoi un chapeau vert? Parce que leur toit est isolée par une belle couche de végétation. 

L’intégralité de leur production laitière est transformée et vendue à la ferme : des tomes de brebis, des fromages à pâte molle et des yaourts en bio que prépare chaque matin Patrick grâce à des ferments qu’il a créés lui même pour un produit le plus local et sain possible. 

Soucieux du bien-être de leurs pensionnaires, Löetita et Patrick soignent leurs animaux uniquement aux plantes et pratiquent la rotation régulière de pâturage. Cela permet aux animaux d’avoir toujours de l’herbe fraîche et au lait d’être plus riche en nutriments. 

Néanmoins tout n’est pas parfait dans ce petit Eden (le nom d’une de leur jument) haut perché. L’été 2019 n’a pas été des plus faciles pour les habitants de la ferme, la sécheresse n’a pas épargné les vertes montagnes Jurassiennes. L’herbe manquait, la production de lait a suivi, obligeant le couple à réduire les traites à une seule par jour au lieu de deux habituellement. Malgré cela, ils refusent d’augmenter leurs prix, voulant rester accessibles à tous. Ils compensent avec l’accueil en gîte, ou en ferme pédagogique. C’est le moment ou ils peuvent raconter leur ferme, partager leur passion pour leurs bêtes et leur région natale. Et même si certains ne s’y intéressent que d’une oreille, s’ils prennent le temps de simplement s’allonger dans l’herbe, pour Patrick, c’est déjà gagné. 

Eux qui passent pour des hurluberlus auprès de nombreuses personnes, ont envie de partager leur mode de vie. Une vie simple, pas rose tous les jours mais une vie construite de leurs mains, faite de balades dans les montagnes et de grandes discussions animées autour de bons produits et d’un bon verre du producteur du coin. 

Chapeauvert-1.jpg
Chapeauvert-2-3.jpg
Chapeauvert-1-10.jpg
Chapeauvert-6-10.jpg
Chapeauvert-6-14.jpg
Chapeauvert-6-20.jpg
Chapeauvert-6-21.jpg
Chapeauvert-2.jpg
Chapeauvert-2-13.jpg
Chapeauvert-4-6.jpg
Chapeauvert-5-5.jpg
Chapeauvert-5-6.jpg
Chapeauvert-6.jpg
Chapeauvert-6-2.jpg
Chapeauvert-4-2.jpg
Chapeauvert-6-23.jpg